Laiterie Janesville (1928 - 1958)
Laiterie Richmond (1958 - 1967)
Laiterie Lampron (1967 - 1972)

Historique

C'est sous le nom de "Laiterie Janesville" que Charles Lampron a fondé sa laiterie en 1928. Janesville était un quartier ouvrier de Richmond dont la majeure partie appartenait à une famille du nom de Janesville.


Omer Guimond était laitier pour la laiterie "Jamesville" de Richmond

Charles et son épouse, Alza Lavigne, eurent trois enfants: Évelyne, Armand et Yvette. Charles, déjà livreur de glace dans le village, débute sa production de lait avec une seule vache. Comme il avait trop de lait pour sa famille, il décide de vendre son surplus dans les environs. Profitant de la distribution de glace, il fait ses premières livraisons de lait en traîneau matin et soir.

De son modeste début, Charles a prospéré assez rapidement. En 1931, son troupeau est de cinq vaches, la distribution atteint 50 pintes/jour et la livraison se fait avec une voiture à cheval. On raconte que les enfants accouraient en voyant la voiture de Charles dans l'espoir de faire un p'tit tour avec le laitier.

Charles est aidé de son fils Armand qui travaille très fort. Armand prend de plus en plus goût à ce métier, au point de fonder une famille et d'assurer une relève pour la laiterie. De son mariage en 1944 avec Edwidge Renaud, le couple eut huit enfants : Georges, Diane, Liliane, Denis, Marie, Lise, Jean et Lucie.

En 1946, le duo père/fils va tellement bien, que l’on décide d’acheter la clientèle des "Comisky Brothers" qui distribuaient leur lait nature dans l’autre partie du village. Cette année-là, on cesse la distribution de la glace pour entreprendre la distribution du lait sur une plus grande échelle avec l'acquisition d'un véhicule moteur.

En 1951, devant une clientèle qui ne cesse d’augmenter, le temps est maintenant venu pour les Lampron de se mettre à la pasteurisation car cette nouvelle technique est de plus en plus en demande. Avec des ventes de plus de 250 pintes/jour, la demande de permis de pasteurisation est rapidement acceptée. Les Lampron forment alors une association père/fils tout en conservant le nom de "Laiterie Janesville".


Calendrier publicitaire 1956

Pour progresser, on construit une nouvelle laiterie d'environ 1000 pi ca. Tout ce qu'il y a de plus moderne! Cette laiterie a une capacité de production de 500 pintes/jour. On y retrouve une balance, une bouilloire, un pasteurisateur, un bassin de réception et de filtration du lait, une embouteilleuse plus moderne et rapide. Bref, tout l'équipement nécessaire sans oublier la laveuse à bouteilles et la chambre froide.

La prospérité, résultat du travail acharné et des années d'efforts, font en sorte qu'en 1953, la capacité des équipements pourtant encore jeune et moderne, ne suffit plus à la tâche. Il faut remplacer le refroidisseur à surface par un nouveau système appelé "Système A.P.V." qui est un refroidisseur à plaques. Il faut aussi changer l'embouteilleuse 500 pintes/jour par une plus performante car la production est maintenant passée à plus de 550 pintes/jour. On en profite aussi pour faire l'ajout d'une autre voiture de livraison pour mieux desservir un autre quartier de Richmond.

En homme d'affaires sérieux, en octobre 1957, Armand Lampron va suivre sa formation à l'école de laiterie de St-Hyacinthe et obtient ses diplômes de producteur de Lait Nature et d'Essayeur de Produits Laitiers.


Après le décès de son père, survenu en novembre 1957, fier de toutes les années passées avec lui et de l'expérience acquise, Armand poursuit le travail seul et demeure seul propriétaire de la "Laiterie Janesville". Cependant, avec l'agrandissement du territoire maintenant desservi, la laiterie portera désormais le nom de "Laiterie Richmond".

En 1958, Armand suit les traces de son père et fait l'acquisition d'un premier camion de livraison de marque Volkswagon. La flotte des véhicules de livraison passe maintenant à deux voitures et un camion. Les secteurs Kingsbury, Upper Melbourne direction Danville, Sherbrooke, St-Félix et bien sûr tout le grand Richmond sont maintenant desservis. Une voiture distribue aux alentours de la laiterie, l'autre va dans le centre-ville et la fourgonnette va l'extérieur de la ville.

La clientèle des Lampron compte maintenant plus de 600 familles, la distribution dépasse 1000 pintes/jour et le lait se détaille entre 19 et 25 cents la pinte.

Les ventes dépassent la production de la ferme des Lampron; alors Armand s'est vite retourné vers d'autres producteurs de la région pour s'approvisionner. Il s'assure toujours de la même qualité de produit en achetant que de troupeaux testés contre la tuberculose comme le sien. Ainsi, MM. G. Crack, L.P. Lemire, E. Comisky, W. Lavigne et Armand Fortier qui ont des troupeaux Jersey et croisés, produisent et vendent leur lait à la "Laiterie Richmond".

Armand est heureux et reconnaîssant à toute l'équipe qui lui a facilité la tâche au cours des années. C'est ce qui lui a permis de progresser rapidement. Ce sont les Omer Guimond aidé de son fils Jean de 1952 à 1970, Rosaire Gagné et Donat Cloutier qui s'occupèrent du grand troupeau; 25 bêtes croisées et en pleine santé. C'était très important à l'époque.

Ce sont eux qui à chaque jour s'affairaient à la réception du lait, le filtraient et le refroidissaient pour l'acheminer vers le pasteurisateur où la petite recette de... chauffé à 145 degrés pendant 30 minutes lui conservait toutes ses propriétés.

Afin de suffire aux besoins toujours grandissants de la clientèle, au milieu des années 60, la laiterie entre dans une nouvelle phase d'agrandissement et de modernisation. Ces changements sont aussi rendus nécessaires pour satisfaire aux demandes d'autres laiteries des environs qui manifestent le désir de faire embouteiller leurs produits. C'est dans ces années qu'on décide de modifier le nom de la laiterie pour celui de "Laiterie Lampron", ce nom est déjà très bien connu dans la région.

Alors au plan déjà existant, on y ajoute une partie arrière et on construit un deuxième étage, ce qui en fait un immeuble assez impressionnant.


Ce qui reste de la laiteirie en 2004

Pendant quelques années, la laiterie Lampron a embouteillé pour la laiterie Fortier de Melbourne. Au début des années 70, les opérations de la laiterie Lampron vont bon train et un nouveau produit fait son entrée, la vente du lait en contenant de carton.

Confronté à cette nouvelle façon de faire et aux coûts entraînés pour la transformation de ses équipements, Armand décide à son tour de faire "embouteiller" une partie de son lait par la laiterie Lamothe de Drummondville. En 1972, après une entente avec la laiterie Lamothe, Armand vend ses routes de lait et ferme définitivement la "Laiterie Lampron".

La distribution étant désormais assurée par la Laiterie Lamothe, certains laitiers de Lampron décident de prendre leur retraite, tandis que d'autres se joignent à la laiterie Lamothe. C'est le cas de Jean Guimond, fils d'Omer qui de 1977 à 1989 a repris les routes de lait de son père et au décès de ce dernier en 1982, a fait une réplique miniature de la première voiture à cheval de la laiterie Janesville conduite par son père.

En 2004, Jean toujours passionné par le métier de nos anciens laitiers, voulant rendre hommage à ceux-ci, récidive avec la construction réplique grandeur nature de cette même voiture à cheval utilisée par son père. Certains auront sûrement la chance de la voir dans certaines parades.

Armand Lampron a toujours pris à coeur sa communauté. Il était membre des Chevaliers de Colomb, de la société St-Jean-Baptiste, de la Chambre de Commerce et il a été échevin pour la ville de Richmond pendant plusieurs années.


Photo - Michel Plante

Source : Marie Lampron, fille de Armand
Recherches : André Charette, historien et Denis Morin, collectionneur.

Révisé 22-03-2011
Valid HTML 4.01 Transitional