Crèmerie Richelieu
(1947 - 1976)



Cahier publicitaire d'hommes d'affaires (Sorel-Tracy 1970)

Recherches : Jean-Guy Comtois
Source : Archives de la Société historique "Pierre de Saurel"

 

Historique

Au mois d'avril 1947, Georges et Camille Duhaime partent de Nicolet en train vers Sorel. Ils traversent le pont Turcotte à pieds et examinent les endroits où ils pourraient acheter un terrain dans le but de partir une crémerie. Ils commencent par rencontrer Monsieur le curé Gaston Martel de la paroisse de St-Joseph de Sorel car dans ce temps-là, il était bien vu d'aller voir le curé et surtout d'être vu avec celui-ci, si on voulait s'établir! Ça ouvrait bien des portes!

Le curé les fit monter dans son auto pour voir quelques terrains vacants. Il y en avait sur le chemin St-Rock, rue St-Gérard et Grande-Rivière. Ils avait remarqué un terrain situé rue Béatrice et c'est celui-là qui les intéressait. Il allèrent frapper à la porte du propriétaire, M. Elzéar Cournoyer et voilà tout était fait.

Le 18 avril 1947, ils obtiennent le permis pour commencer à construire. Les premiers achats se résument en un marteau, une pelle et quelques outils pour commencer la construction. Ils ont creusé à la petite pelle, un emplacement de 30' X 40' X 6 pieds de profondeur. Il allaient chercher les matériaux en bicyclette au camp militaire. Pour le gros matériel, M. Roméo Leclerc leur louait son camion. C'était à l'époque de la guerre et la machinerie était rare. Il avaient communiqués avec la compagnie De Laval et cela prit plusieurs mois avant qu'ils puissent recevoir l'équipement nécessaire au bon fonctionnement de la laiterie.

Entre temps, Camille alla rencontrer quelques fournisseurs de lait. M. Léo Éthier et Ernest Bourgeois furent les premiers. Le lait était envoyé à Nicolet par le train de 11 heures l'avant-midi et revenait embouteillé par le train de 6 heures le soir. Les bidons contenaient 80 lbs de lait. C'est la Crémerie de Nicolet qui s'occupait de la pasteurisation et de l'embouteillage. La première journée, ils ont vendu 65 pintes de lait.

L'usine située au 28 rue Béatrice à St-Joseph de Sorel attendait. Pendant une année, Georges et Camille ont passé le lait ensemble. Ce n'est qu'au printemps 1948, que la machinerie commandée commença à arriver. Cette même année, M. Roland Bacon fut engagé comme laitier. Le coût d'une route de lait était d'environ 1000.00 $; ceci comprenait la voiture, le cheval, les caisses et les bouteilles de verre. Le lait se vendait alors 9 sous la pinte.

En 1949, la clientèle étant toujours de plus en plus grande, ils durent trouver d'autres fournisseurs de lait. Camille partit vers St-Ours et Ste-Victoire et réussit à trouver une vingtaine d'autres fournisseurs. Ils firent construire d'autres voitures chez Alfred Lafleur et ils achetèrent d'autres chevaux. En 1958, le commerce fonctionnait si bien qu'ils décidèrent d'acheter plusieurs camions Bedford au coût de 1500.00 $ chacun au garage Dandurand.

En 1974, Crèmerie Richelieu a fusionné ou a été acquise par Coop. Fort-Richelieu de Sorel; puis en 1976, Coop. Fort-Richelieu fut acquise par " Laiterie Chalifoux ", faisant de celle-ci la seule laiterie de la région.

Informations : Roger Duhaime fils de M. Camille Duhaime décédé le 10-10-2010.

 


Premier bouchon 42mm - Paul Conner
Second bouchon 42mm - Dale Peacock
Troisième bouchon 42mm - André Daunais


Bouchons en aluminium - J. G. Comtois

 

Publicité  1961    - Pierre cantin 


Sac à lait 3 pintes - Paul Conner

Révisé 14-03-2017
Valid HTML 4.01 Transitional