Crèmerie St-Eustache
" Isidore Comtois Prop. "


Pinte, chopine et bouchon 42mm - Denis Morin


Berlingots - Paul Conner
Bouchons en aluminium - Denis Morin


Chopine - Denis Morin
Demiard - Pierre St-Amand
Bouchon 42mm - Robert Benoît
Dernier bouchon 42mm - André Daunais



Bouchons aluminium et 42mm - Paul Conner


Bouchon 34mm - André Daunais
Bouchon 42mm - Dale Peacock
Bouchon 34mm - Pierre St-Amand



Bouchons 38, 34 et 28mm - Paul Conner


Enveloppes de beurre, Paul Conner


Première enveloppe de beurre - Robert Benoît
Deuxième enveloppe de beurre - Paul Conner

Historique

Isidore Comtois, né à Saint-Damien, fils de Louis Comtois et d'Eutychienne Lafortune, travaille d'abord dans une beurrerie à Saint-Gabriel-de-Brandon pour y apprendre le métier de beurrier. Il pensionne chez des parents et c'est là qu'il fit la rencontre de Malvina Houde, qu'il épousa à Saint-Félix-de-Valois, le 7 janvier 1913.

Peu de temps après, Isidore retourne à Saint-Damien et achète une terre près de celle de ses parents. Il trime dur à la défricher. L'hiver, il travaille sur différents chantiers comme messager. Son travail consiste à transporter le courrier, de la nourriture et même des blessés! Il n'y a pas de route et comme cet homme a une grande facilité à s'orienter en forêt, c'est lui qui a été désigné pour ce travail.

Un jour, Isidore apprend de l'inspecteur régional qu'un certain Ozias Brunette a une beurrerie à vendre dans le Chicot, à Saint-Eustache. Il achète la beurrerie puis la revend peu de temps après à son employé pour devenir gérant dans une beurrerie à Lacolle, pendant trois ans. C'est là que la famille apprend à maîtriser la langue anglaise.

Voulant revenir dans la région de Saint-Eustache, Isidore entend parler qu'un certain Thomas Brunette, a une beurrerie à vendre sur la rue Principale. Il achète la beurrerie puis, peu de temps après, revend le tout. Cette beurrerie fut démolie, laissant la place à la construction de la Banque Provinciale du Canada (Place de la Vieille Banque du notaire Théorêt).

Puis, Isidore va s'installer au bout de la rue Chénier. Il achète le vieux moulin à scie qui s'y trouve sur la pointe et construit la Crémerie Comtois juste en avant, se servant des installations à vapeur qui s'y trouvent.

Le moulin à scie et la cannerie de la rue Chénier, en 1911
Photographe anonyme. Collection MGV

Isidore et Malvina eurent dix enfants dont six atteindront l'âge adulte. L'aîné, Léo, né à Saint-Damien en 1915, a la formation de comptable. Dans un premier temps, il travaille pour son père dans la comptabilité. En 1952, Léo est aussi très impliqué dans son milieu, il est conseiller pour la ville de Saint-Eustache.


Bidon I. Comtois St-Eustache - Luc Galasso




Boîte d'oeufs - Luc Galasso

Son frère, Roland, qui est aussi né à Saint-Damien, une fois ses études primaires terminées au collège Sacré-Coeur de Saint-Eustache, décide de travailler à la Crémerie. Roland s'occupait plus spécialement de la crème glacée. Il trouve aussi le temps d'être commissaire d'école, fonction qu'il occupa pendant 17 ans. Il fut aussi président du Club Richelieu.


Certificat obtenu le 4 février 1922

Pendant qu'Isidore et Léo vont se perfectionner à l'école de l'agriculture de Saint-Hyacinthe, Roland s'occupe du commerce. Ce n'est qu'au décès de son père, que Roland décide de s'associer véritablement à son frère. Le commerce fonctionne maintenant sous la raison sociale "Crémerie Saint-Eustache".

Ayant été les premiers dans la région à pasteuriser les produits laitiers, la Crémerie St-Eustache prit vite de l'expansion. Dans les plus belles années, leur territoire allait du pont de Cartierville à Saint-Benoît et du pont David de Rosemère à Oka. Un total de 17 voitures sillonnaient les routes.

Isidore fut beurrier toute sa vie. Il n'a jamais eu maille à partir avec les autorités concernant la qualité, les quantités ou l'hygiène. Il était aussi très impliqué dans son milieu. Il fut conseiller municipal à Saint-Eustache de 1926 à 1937, président des loisirs, marguillier, etc... Son nom est gravé sur une des cloches qui logent dans le clocher droit de l'église de Saint-Eustache.

Recherches : Jean-Guy Comtois
Tiré du texte "Histoire de nos familles"


Carte de fenêtre - Robert Benoît


Carte de bons une pinte - Paul Conner
Carte de bons demiard crème de table et carte de bons demiard crème à fouetter - Robert Benoît


Divers bons de laiterie - Paul Conner

Tiré du livre "Deux-Montagnes, dans le cours de l'histoire" de Germain et Marcel Paquette, paru aux Éditions GID, nous retrouvons à la page 109 : "Les excellentes fermes du comté de Deux-Montagnes ont permis de développer une industrie laitière renommée; les laiteries Comtois et Moderne; à Saint-Eustache, la laiterie Vitalac, de Saint-Placide, et, à Sainte-Scholastique, la laiterie Mantha et la crèmerie Belle-Rivière."


Action de la Crèmerie St-Eustache - Économusée de Charlevoix

Révisé 19-05-2014
Valid HTML 4.01 Transitional